Tout savoir sur le mode d’élevage des poules pondeuses

Aujourd’hui en France, 46 millions de poules pondeuses sont utilisées  pour produire des oeufs. Les oeufs en vente dans le commerce proviennent de trois types d’exploitation : les élevages « en batterie » produisent à eux seuls 80% puis, en très petite proportion, des élevages dits « au sol ». Quel que soit le type d’élevage, les variétés de poules sont sélectionnées sur le taux de ponte, et non de croissance de chair : de ce fait, dès l’éclosion, les poussins mâles sont tués parce que non rentables pour la production de chair. Ils seront alors collectivement gazés ou bien étouffés dans des sacs ou encore écrasés sous un rouleau compresseur.

Les « batteries » :

Les poules vivent jusqu’à 6 par cage grillagée, inclinée afin de faire glisser les oeufs vers l’extérieur. L’espace dont dispose la poule durant toute sa vie ne dépasse pas 55o CM2 ( soit moins du’une feuille A4 ). En 2012, malgré l’opposition de la filière avicole et du gouvernement français, une directive européenne  lui accordera un espace supplémentaire correspondant à…. une carte postale ! Par dizaines de milliers dans un hangar éclairé 24h/24, elles ne voient jamais le soleil, ni ne connaissent le repos. Le surpeuplement et le vacarme perpétuels les empêchent de dormir et les rendent folles, les amenant à s’automutiler et à s’attaquer entre elles. Les griffes longues des poules se coincent parfois dans le grillage des cages. Les blessures  et la saleté ambiante ( les cages ne sont nettoyées qu’une fois par an) provoquent de très nombreuses infections et maladies.

Chaque jour, des brouettes de cadavres sont donc retirés de ces hangars où les éleveurs n’entrent qu’en combinaison et intégralement masqués. Ne pouvant garder longtemps un rythme de ponte effréné, devenues moins rentables, elles sont tuées à 15 ou 16 mois ( alors qu’elles pourraient vivre 10 ans ) sans avoir pu marcher, courir, picoter la terre ou nicher.

L’élevage « au sol  » :

Il s’agit d’une élevage en hangar, sans cage, avec une densité de « seulement » 9 poules au M2 (au lieu de 18 au M2 en cages ). On classe ce type d’élevage dans les alternatives aux batteries, mais il s’agit néanmoins d’une élevage intensif concentrationnaire. Il concerne environ 1% des oeufs produits en France.

L’élevage en « plein air » : 

On parle de « système extensif » : les milliers de poules d’un hangar ont accès à un terrain recouvert en partie de végétation. Il en va de même des élevages  » plein air BIO ».

La densité, bien moindre et donc préférable, reste le plus souvent importante. Élevées toujours en hangar, l’accès à l’extérieur peut être refusé pendant les six premières semaines. Malgré la rotation imposée des parcours, il ne reste de toute façon bien souvent plus un brin d’herbe.

Avec ou sans label dans tous ces types de fermes, pour limiter les accrochages dus à la sur population, les producteurs atrophient couramment les becs, causant de vives souffrances et parfois de longues agonies.

Pour info :

Un code imprimé sur l’oeuf  même généralement avec les lettres FR, indique le type d’élevage :

0 : « plein air, élevage BIO »

1 : « plein air »

2 : « au sol »

3 : « en cage »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.